playstation

a Life in Games (partie #7.1) “La Péstécheune”

Cet article fait partie d’une série où je parle de tous les jeux auxquels j’ai joué dans ma vie ! C’est mon avis et je le partage… avec des anecdotes amusantes ! [ SOMMAIRE ]

PlayStation

Je faisais partie de ceux qui avaient attendu la Nintendo “Ultra” 64, et ainsi, même si j’ai eu l’occasion d’y jouer souvent chez mes amis tous convertis à Sony, je n’ai décidé de prendre la PlayStation, ma première console non-Nintendo, qu’assez tardivement, en 1999, pour des raisons malhonnêtes ! Oui, un mec de ma classe avait un graveur et un kit de soudure… Finalement, j’ai eu autant de jeux officiels que “non officiels”, mais moi qui dénigrais cette console, je ne pouvais pas passer à côté d’un tel déluge de grands jeux.

Resident Evil

Mais au fait, c’est qui ce blair’ ?

Je n’allais pas acheter la console sans jeux tout de même, j’en ai donc pris un pas cher du tout, en version platinum, et pas le plus moisi… Il faut savoir que je fuis les trucs d’horreur en général, même si à l’époque je n’en étais pas si conscient que ça car le genre était moins répandu que maintenant, je ne sais donc plus quelle logique m’a entraîné à choisir le premier RE (les magazines sûrement). Cependant c’est un jeu qui m’a bien marqué, auquel j’ai pas mal joué (sans jamais arriver à la finir, sûrement à cause des puzzles, haha), avec ses nombreux moments cultes. À commencer par cette intro de série Z “NO DON’T GOOO !!!”, citation que j’utilise encore souvent.

En tant que pionnier du genre, il était forcément difficile de ne pas avoir été marqué par ses chargements habilement déguisés en ouvertures de portes à la première personne, ou encore certaines salles du fameux manoir de Raccoon City aux angles de vue, à l’architecture ou aux jump scares jamais vus avant pour un néophyte comme moi. Quant aux fameux “UNE ARMURE GRAVÉE”…

SoulBlade

Connu en tant que SoulEdge au Japon et en arcade, c’était “Tekken avec des armes”, et l’épisode 0 de la série SoulCalibur. J’avais vu un extrait du jeu sur une cassette vidéo de promo du magazine Player One et avais été assez soufflé, alors que j’étais assez peu intéressé par les jeux de combat auparavant (un peu de Street Fighter et DBZ, également du Tekken chez des copains), l’univers médiéval japonais m’attirant peut-être particulièrement ? Dès que j’ai eu la console de Sony, je me suis donc tourné vers SoulBlade, et passée l’intro en CGI incroyable de dynamisme à sa musique mythique, le jeu m’a vraiment happé.

La dizaine de persos était trop classe, les styles de combat vraiment variés, la bande son superbe avec des thèmes puissants. J’aimais aussi beaucoup le système de ring out et la variété des arènes, avec un sens général du détail poussé (celle avec les bambous, celle en mouvement sur la rivière, celle de Rock avec les hautes herbes…). Je me suis vite fixé sur un personnage, Li-Long et ses nunchakus, qui avait vraiment un style différent de tout ce à quoi j’avais pu jouer auparavant. La particularité du jeu était d’avoir un vrai mode solo, avec la présence du mode Edge Master, où l’histoire du perso choisi était développée au fil des combats et des déplacements sur une carte, des combats sous forme de défis avec des conditions particulières, et un mode qui permettait de débloquer plein de nouvelles armes !

Le passage à SoulCalibur fut une nouvelle claque (passée l’absence de mon main alors que tous les autres persos ont été gardé, Mario Kart 64 style…), mais je porte toujours en haute estime cet épisode fondateur.

L’intro fabuleuse du jeu, sorte d’AMV puissance 1000, donnant subtilement un background aux persos.

Driver

J’avais connu le jeu grâce à sa démo, et été vite conquis, m’empressant de prendre le jeu complet, qui offrait d’entrée un petit test de conduite avancée. Avec ses grandes villes américaines ouvertes et du trafic, une conduite des voitures fun (le poids et l’inertie des muscle car disponibles étant assez avant-gardistes) et une atmosphère réussie, cela préfigurait probablement de ma future grande histoire avec les GTA 3D, ou même les jeux comme Forza Horizon de conduite ouverte pure, Driver n’ayant pas de phases de gameplay piétonnes. La ville la plus fun était sûrement San Francisco, rien que pour ses dénivelés de dingue, et son ambiance bien différente de nuit.

Je pense avoir terminé le jeu grâce à des cheat codes, c’était vraiment pas facile sur la fin, cependant le vrai plaisir du jeu pour moi était de se balader librement (avec le code sans infractions de conduite pour rouler comme un dingue) et provoquer quelques courses-poursuites avec la police, complètement kamikaze. Cela dit cette liberté avait un prix, celui des chargements les plus longs et agaçants (la barre qui se remplit et se bloque à 90%) qu’on pouvait endurer à l’époque. J’avais ensuite bavé sur sa suite avec des villes ayant autre chose que des virages à angle droit, mais les mauvaises notes et la sortie relativement tardive m’en ont dissuadé…

Je vais vous enseigner comment tourner. Il faut qu’ce soit rapide, précis, efficace.

Ape Escape

J’avais d’abord joué au jeu chez mon meilleur ami, qui avait eu la manette DualShock, indispensable pour y jouer, et j’avais déjà bien accroché au jeu. Mais j’ai véritablement développé une passion pour cette série quand j’ai fini par l’avoir : le jeu est déjà excellent et accrocheur dans son concept et j’y reviendrais, mais c’est en premier pour la soundtrack de Soichi Terada que ce jeu m’a soufflé, à une époque où je découvrais la musique électronique. Ce fut probablement ma première rencontre avec le drum & bass, mais en plus une OST 100% DnB pour un plateformer tout mignon, quelle idée géniale ; et surtout des compos tellement dingues que je l’écoute encore et toujours (*), la balançant régulièrement en intro de stream, entre autres !

Mais revenons au jeu, qui en lui-même est également unique en son genre, puisqu’il mobilise les deux sticks analogiques, un pour les déplacements et l’autre pour utiliser les nombreux items, en visant autour du personnage (Spike, ou Kakeru en japonais), des raccourcis pour switcher entre les objets se plaçant sur les boutons principaux, et le saut avec les boutons de tranche.

Mon bro m’avait fait un dessin pour habiller mon stream du jeu en 2012 💕

Le but d’Ape Escape est d’attraper des singes échappés d’un zoo, et de vaincre leur chef Specter, qui les a dôté d’abilités propres ; on devra ainsi approcher chacun d’entre eux d’une certaine manière, un radar nous donnant des informations sur chaque cible et leur personnalité souvent loufoque. Pour cela, le filet sera l’arme principale, mais tout un tas de gadgets viennent se greffer en plus, comme un cerceau de vitesse, des pales pour s’envoler tel un hélicoptère ou même une voiture radiocommandée. Certains passages en véhicules demandent aussi de la coordination en utilisant les deux stick analogiques !

Le jeu est très varié et regorge de trouvailles de gameplay et de particularités, qui en font un incontournable du genre, malgré ses fragilités techniques (on peut voir à travers les murs en vue subjective, haha) bien vite oubliées par un excellent design. Le jeu était aussi totalement doublé en français, dans un style nanardesque réussi (les fans d’anime y joueront en japonais).

(*) Et pour un peu de fraîcheur, il existe un très ébourriffant mix des musiques de la série par le DJ Dedeco ^^

Un de mes morceaux préférés…
…et un autre ^^

ISS Pro Evolution

J’étais déjà fan d’International Superstar Soccer 98 sur N64, mais il y avait en fait deux studios concurrents chez Konami, et le discret KCET tokyoïte lâcha un beau jour un épisode d’ISS révolutionnaire sur PlayStation qui pourtant ne payait pas de mine. Suite du déjà remarquable ISS Pro 98 (et son souci du détail comme le debut de calvitie permettant de reconnaître Zidane !) sur lequel il s’appuie, ISS Pro Evolution (l’équivalent de World Soccer : Jikkyō Winning Eleven 4 au Japon) allait encore plus loin pour atteindre des sensations de maîtrise du ballon et des déplacements encore jamais vus avant, avec un moteur physique, des animations et un rythme de jeu qui donnaient une impression de réalisme, reléguant tout le reste dans la catégorie jeu d’arcade.

On passait évidemment sa vie à renommer tous les joueurs…

De l’absence comique des vrais noms, aux commentaires français inoubliables de répétitivité (“un tir plein d’autorité”, “bien tenté, mais c’est à côté”, etc), en passant par la passe en profondeur surpuissante, les bons souvenirs en solo (la Master League où on pouvait améliorer son équipe au fil des saisons) comme entre potes sont légion (mon pote trop fort qui rendit invincible et célèbre la Chine aux stats minables avec le trio magique “Lee Boon”, “Hi Haoden” et “Ma Mingya”). Le jeu de foot (PES en tête) a fait du chemin depuis cela dit, aussi laid qu’on puisse trouver le jeu maintenant, on ne pourra jamais dire non à une petite partie de cet épisode révélation.

Destruction Derby

J’ai de base été plus attiré par les jeux de course qui offraient des sensations, tel Colin McRae Rally 2.0, plus que ceux qui cherchaient la simulation de conduite la plus poussée, alors imaginez un jeu où on peut complètement détruire les bagnoles (ironiquement de nos jours je joue à Forza Horizon en désactivant les dégâts visuels et m’amuse comme un fou à “survivre” dans Dirt Rally 2.0 et sa conduite demandant une précision impitoyable). Destruction Derby offrait plusieurs styles d’épreuves : les courses de stock car en circuit fermé (avec parfois des “carrefours”…), et le fameux demolition derby qui vous jette dans une arène pleine d’autres voitures. Le jeu ne brillait pas par ses graphismes, mais, développé par la même équipe qui fera Driver plus tard, était fun à jouer ; je préférais d’ailleurs plutôt les courses à la bataille générale, car quoi de plus amusant que de bloquer tout le monde pour créer des carambolages monstre ?

Notez la localisation des dégâts en bas à droite.

MicroMachines V3

J’étais totalement passé à côté des précédents épisodes sur consoles 16-bits, mon meilleur pote à cette époque a eu ce jeu, et on a vraiment passé d’excellents moments dessus ! L’habillage du jeu était déjà très fun, avec son menu en 3D isométrique qui nous faisait suivre une petite voiture au gré des options choisies, mais aussi ses personnages caricaturaux mais marquants (“YOU RIIIGHT, MAAAN…”).

Le jeu reprenait évidemment le principe du jeu de voitures miniatures dans des décors grandeur nature, tout en apportant un côté plus réaliste avec les décors en 3D, et impressionnant en faisant varier les angles de caméras selon les zones du circuit. La lisibilité était donc plus aléatoire qu’avec la vue de haut fixe, certaines rotations de caméra provoquaient de fatales injustices, mais le fun était tout de même omniprésent, la présence d’armes pouvant pimenter les courses jusqu’à cinq.

Le bon goût caractéristique de l’époque…
Bon, très bien ! J’vais tout vous dire….

Medievil

Conquis par la démo, j’ai vraiment adoré ce jeu de plate-forme / action assez unique en son genre. La maniabilité un peu imprécise et les collisions un peu brusques, les graphismes assez dépouillés. L’univers du jeu entre magie et halloween, peuplé de morts-marrants et autres épouvantails menaçant et citrouilles tueuses est incroyable, le héros Sir Daniel Fortesque ridiculement charismatique, et surtout le doublage français exceptionnel. Le système de progression du jeu était également prenant, le gain d’XP se faisant crucial, les nombreux niveaux disposés sur une belle carte en 2D créant le liant imaginatif idéal malgré les limites techniques de l’époque, avec l’impression d’un monde entier et cohérent.

Les premiers concepts de Dan !

Final Fantasy VIII

J’ai vu des amis jouer au VII mais sans forcément avoir envie de m’y mettre, mais finalement je me suis retrouvé à vouloir jouer à Final Fantasy VIII un peu par hasard. Par quoi commencer ? C’est encore maintenant mon “FF préféré” ; même si je les aime bien, je ne suis pourtant pas fan absolu des persos qui m’ont plus marqué pour leurs traits de caractère exaspérants (“whatever………..”), ni du scénario (même si j’avais vraiment aimé les phases en parallèle avec Laguna). Le jeu me donne juste un feeling familier et agréable notamment pour ses environnements qui ont une identité architecturale incroyable, appuyés par une bande son folle dont je ne me lasserai probablement jamais ; le système de combat m’ayant également plu, par son accessibilité (alors que j’ai dû assez mal l’exploiter). Le fait que ce soit aussi mon vrai premier RPG au tour par tour doit expliquer aussi beaucoup de choses, et je dois aimer irrationnellement les défauts de ce jeu… comme on peut aimer quelqu’un ?

Un monde à part…

Need For Speed III : Hot Pursuit

Ce NFS fut ma première approche de la série, n’ayant pas touché aux précédents opus, et j’ai très vite accroché à ce bon gros jeu de caisse arcade mettant l’accent sur les sensations de vitesse, dont le roster de voitures comprenait parmi ce qu’il y avait de mieux à l’époque en termes de supercars (Lamborghini Diablo SV & Countach, Chevrolet Corvette, Ferrari 355, etc), et qui faisait intervenir la police dans l’équation dans le mode poursuite.

Les circuits, qui avaient des raccourcis et embranchements, situés dans des destinations classiques mais variées étaient un des points fort, par leur track design. Mais ce qui rendait l’expérience vraiment grisante, c’était tout l’aspect musical du jeu, avec parmi les morceaux les plus inoubliables des compositeurs d’Electronic Arts de l’époque tels Rom Di Prisco ou Saki Kaskas, entre bon vieux rock dynamique, metal et trance. Un jeu qui portait parfaitement son nom !

Morceau fleuve évolutif de presque huit minutes du regretté Saki Kaskas, mon “favori personnel” 😭

NBA Live 99

Je n’avais jamais touché à un jeu de basket avant ça, sauf si on considère comme tel quelques parties de NBA Jam chez des potes, et ne m’intéressait pas non plus à la discipline. Mais ayant eu à la maison en cette période le bouquet de chaînes par satellite de TPS, je me suis mis à pas mal regarder les chaînes de sports diverses et variées, et donc m’intéresser à la NBA ! Logique donc de tenter le jeu phare du genre de l’époque, avant l’arrivée sur Dreamcast de la toute-puissante série NBA 2K de Visual Concepts. Les sensations de jeu étaient sommaires et le gameplay très “jeu vidéo”, mais on avait quand même bien l’impression de jouer de vrais matches de basket, bien aidé par tout l’arsenal de licences officielles, EA Sports oblige. De bons souvenirs !

On s’y croivait, à l’époque.

Avant la suite, n’hésitez pas à partager vos souvenirs PSOne dans les commentaires !

RePlay of the Week 37 [2022]

Retrouvez dans cette suite d’articles, le replay de chacun de mes derniers live streams sur Twitch, et n’hésitez pas à suivre ma chaîne YouTube pour être averti dès la publication des vidéos ! [ RÉSUMÉ 2022 ]

2022/09/17

LA RATURE HUMAINE › Klonoa Phantasy Reverie Series, jouage-à-travers PARTIE 3 [MuxerZ replay]

Deuxième partie du “remakster” de Klonoa 2 : Lunatea’s Veil [37:26], et déjà la dernière ! Ce fut globalement un plaisir de reparcourir un de mes jeux de plate-forme préférés (à quelques détections de collisions près), avec ses personnages attachants, mais surtout son gameplay et son level design unique, dans cette version tout à fait recommandable, même si je vous conseillerais raisonnablement d’attendre une baisse de prix (le contenu bonus étant inexistant, et même si c’est techniquement très propre, ce n’est qu’un coup de peinture artistiquement trop timoré sur chacun des deux jeux).

Mais avant d’en finir avec la compile Phantasy Reverie Series, j’ai aussi effectué le tirage au sort artisanal du SubberZ’iNK #2, où dans un prochain stream je dessinerai et encrerai un dessin sur le thème gagnant d’un des abonnés (à Kubo Magazine), couplé à un mot mystère. Le non-suspens fut total, puisque les petits papiers ont vite désigné le thème “loin de la surface” d’Aké. Et merci encore pour vos subs ! Quant au mot qui viendra pimenter ce sujet, il s’agit de “moustache”, désigné au pif dans un Larousse FR/EN de 1995, bien sûr.

P.S. : la 3ème édition est en cours si vous souhaitez tenter votre chance (j’expliquais le principe dans la première édition)

2022/09/14

PLAYBOY DES FONDS MARINS › GTA V : draguer les abysses dans (+ IL speedrun Milli & Greg) [MuxerZ replay]

Je sors enfin de mon impromptue plongée en apnée de stream suite à une surprise post-stream de Klonoa. Je vous raconte ainsi mes mésaventures de bêtes de ces semaines passées, qui m’ont plongées dans un état dépressif improductif digne de me faire terminer (avec le plus d’argent possible) ma partie de Grand Theft Auto V sur PS4 commencée en 2018…

Un stream palier de décompression aussi ennuyeux qu’indispensable à parler de tout et rien, avec la collecte des cochonneries qui jonchent les fond marins de Los Santos & Blaine County [25:15], à bord du Kraken avec le drummond “Michel De Noël”. Je vous ai épargné le long safari photo avec le Windows Phone pour immortaliser des culs des poules et de coyotes qui m’a permis de débloquer ce sous-marin. Mais vous n’échapperez sans doute pas aux peyotes bientôt ! Ce qui devait prendre 2h et quelques en a évidemment pris le double, mais c’était cool, et ça change de errer en rond comme un dingue en Comet !

Je termine cette diffusion en direct en vous montrant le jeu Milli & Greg sur PS4, un plateformer à quelques euros, à mi-chemin entre Celeste et Super Meat Boy qui est vraiment très très sympa… et surtout où j’arrive à être premier au leaderboard PlayStation de certains levels (maintenant j’ai envie d’avoir toutes les versions du jeu qui existent pour voir si en fait mes “WR” sont pas des fraudes, ahaha). Je mets notamment la pression en direct avec un 1.495s sur le premier niveau, en exploitant une sorte de buffer de boîte de dialogue qui me permet d’avancer gratis en bourrant carré et rond, haha, mais aussi d’autres TOP 1 comme sur le niveau 36 et le niveau 41.

TOUBICONTINUÈDE . . . . . .

RePlay of the Weeks 30 & 31 [2022]

Retrouvez dans cette suite d’articles, le replay de chacun de mes derniers live streams sur Twitch, et n’hésitez pas à suivre ma chaîne YouTube pour être averti dès la publication des vidéos ! [ RÉSUMÉ 2022 ]

2022/08/07

CHOUETTES POURRIES !! › Ōkami HD, chapitre IX de ma partie doublée par moi-même ! [MuxerZ replay]

Voilà l’ultime étape de cette partie d’Ōkami, en 46h ! Mais avant d’entamer les hostilités finales, du 3615 MYLIFE et la lecture du Player One n°101 d’octobre 1999 [18:42], grande année de JV !

Cette dernière session sur le jeu [56:29] m’amène à terminer le donjon abritant les fameuses “chouettes pourries”. Puis après une séance de “tépéportage”, Ama arrive à chopper la dernière arche céleste avant la fin du service, cognant quelques voyous mauvais perdants au passage, et leur chef, la fameuse “boule de merde”. J’aurais pu essayer de compléter plus de quêtes annexes avant d’aller affronter mon ami Yami, mais je pense avoir quand même bien fait le tour (en moins de 50h comme espéré) et pas manqué de vous montrer grand chose grand chose. Je laisse des habitants de Seian dans l’expectative, mais au moins leur monde est sauvé !

Moins de voix que je ne pensais pour cette fin de jeu, même si j’ai dû gérer une salve ininterrompue de tous les persos principaux depuis le début, plus chaude que le dernier boss. Je me suis en tout cas bien marré à faire toutes ces voix, même si le direct m’a sûrement fait oublier d’employer d’autres voix que je peux faire, et l’étalement de la partie sur plus de deux mois était un défi pour garder tout ça à peu près consistant, haha. Je termine le stream [5:43:48] sur un slideshow des nombreux documents de conception et artworks débloqués, super intéressants ! Et enfin je lance le New Game + pour voir les costumes que j’ai débloqué sur ce premier loop.

N’hésitez pas à partager mes gamineries autour de vous si ça vous a plu, et merci d’avoir suivi cette longue aventure sur un de mes jeux préférés !

2022/07/28

WA-HÉ ! MU-NYA !! › Klonoa Phantasy Reverie Series, jouage-à-travers PARTIE 1 [MuxerZ replay]

De retour de mes mini-vacances, je lance enfin la compile Klonoa Phantasy Reverie Series et ses deux jeux de la vie en remakster ! Je commence aujourd’hui avec le premier, Klonoa : Door to Phantomile, sorti à l’origine en 1997 sur PS1, et dont le remake Wii sert de base dans cette collection.

Celui-ci étant assez court, je le termine en un seul stream, mais ce fut vraiment très plaisant (normal pour un de mes jeux préférés), à part pour la détection des collisions et certaines hitbox que j’ai trouvée assez étranges et différentes des précédentes versions, en étant beaucoup moins permissives ; quelque chose dans le choix des couleurs ou les ombres fait aussi qu’il est plus difficile d’appréhender la profondeur de champs, par endroits nécessaire ; mais pas de quoi gâcher l’expérience globale, au gameplay riche et au scénario émouvant !

On se retrouve la prochaine fois avec le niveau “extra” du jeu pour les vrais G@M3Rz, et le début de Lunatea’s Veil, en attendant vous pouvez revoir aussi mes vieux streams de 2015 sur l’excellentissime (et malheureusement absent de cette compilation avare en bonus) Klonoa : Empire of Dreams sur GBA ^^

RePlay of the Week 28 [2022]

Retrouvez dans cette suite d’articles, le replay de chacun de mes derniers live streams sur Twitch, et n’hésitez pas à suivre ma chaîne YouTube pour être averti dès la publication des vidéos ! [ RÉSUMÉ 2022 ]

2022/07/17

ACCORDING TO KEIKAKU* › Ōkami HD, chapitre VIII de ma partie doublée par moi-même ! [MuxerZ replay]

Nous revoilà dans le Nippon pour visiter le village natal d’Issun, et peut-être comprendre pourquoi il est si emm… barassant. On voyage également dans le passé pour réécrire l’histoire telle qu’elle l’a été, et approche du donjon de glace, qu’on fera la prochaine fois ! Un peu plus inspiré vocalement que la dernière fois, et ayant survécu au name dropping infini de cette partie du jeu, je sens que je vais devoir “réviser” pas mal pour le grand final, qui je l’espère se fera avec un peu plus de fraicheur “temperaturelle”…

(*) KEIKAKU MEANS PLAN

2022/07/12

FAITES VOTRE MIEUX… › Ōkami HD, chapitre VII de ma partie doublée par moi-même ! [MuxerZ replay]

Pour continuer Ōkami, j’ose allumer le radiateur qu’est la PS4 Pro alors qu’il fait une chaleur idéale pour descendre un Kyubi de rosé. En dépit d’une forteresse de l’île Oni bien longue, les avancées furent là, et on attaque la dernière partie du jeu, dans l’nord ! J’avais l’impression de faire toujours la même voix aujourd’hui et paradoxalement ne pas arriver à refaire les mêmes voix pour les persos déjà entendus, haha ; ni arriver à sortir les voix que je voulais… aï-aï-aïe, c’est terrible, le joueur 1 craque avant la fin du playthrough et va finir en roue libre ! Maudits PNJs qui apparaissent plusieurs fois…