June 2020

A Life in Games (partie #4) “La Gammeboye”

Cet article fait partie d’une série où je parle de tous les jeux auquels j’ai joué dans ma vie ! C’est mon avis et je le partage… avec des anecdotes amusantes !

Game Boy

La première véritable console portable, qui était un must have en vacances pour les petits jeunes des années 90 ! Il y avait bien plus impressionnant ailleurs, mais on était loin de la portabilité de la console Nintendo. J’en ai eu deux : La première, grise, que j’avais rachetée 100F (environ 15€…) avec six jeux à mon meilleur copain de CE1. Puis lorsque mes parents se sont séparés plus tard, ma mère “en exil” à Marseille m’offrit le modèle translucide de toute beauté, ayant laissé mes “jouets” à Paris, en particulier ma SNES chérie. L’écran de la grise s’est d’ailleurs décollé dernièrement, c’est assez déroutant, haha. Je n’ai pas eu beaucoup de jeux dessus finalement, mais je me suis rattrapé plus tard…

Tetris

C’est le jeu de ma maman, “Tetratris” comme elle disait ! Ce fut le seul jeu auquel elle s’intéressa jusqu’à la sortie d’Angry Birds, haha. Le jeu d’action / réflexion ultime, dont la formule à inspiré des tas d’outsiders (avec de grandes réussites comme Puyo Puyo ou Panel de Pon). Même si on n’en peut plus de Tetris 30 ans après, ce qui peut éventuellement se concevoir, cette version est inoubliable et ce fut le jeu idéal pour démocratiser cette console portable qui était pourtant déjà désuète techniquement à sa sortie, vous faisait plisser des yeux constamment, mais qui au moins ne vous demandais pas d’avoir une connaissance travaillant chez un fabricant de piles pour y jouer plus de deux heures. Niveau musique, vous étiez plutôt A-Type, B-Type, ou C-Type (ou OFF) ?

J’avais un faible pour la musique B.

Kirby’s Dream Land

Le premier opus de la série, un excellent jeu qui pose les bases pour la suite, en termes d’univers et de maniabilité, le grand truc étant de pouvoir voler comme on le désire ! On peut se dire que cela peut rendre les choses faciles dans un jeu de plates-formes, mais le level design au fil du jeu force à se remuer et à prendre de bonnes décisions. Cela dit il reste très accessible pour un jeu de l’époque (mais bonne chose, il y a un mode difficile pour les masos, haha). Les mondes et ennemis sont pour la plupart inoubliables, et seront des marqueurs forts d’une série de jeux qui ne s’essouffle pas après tant d’épisodes, grâce notamment à l’absorption par Kirby des pouvoirs de ses ennemis qui viendra après cet opus fondateur adorable.

Kirby, un concept qui ne s’essouflera jamais.

Teenage Mutant Hero Turtles : Fall of the Foot Clan

J’étais fan des Tortues Ninja, vous le savez, alors j’ai passé pas mal de temps sur ce bon petit jeu sympa ! De gros sprites bien mignons et amusants, une jouabilité cool, des compos catchy de Michiru Yamane (qui composera plus tard les musiques de Castlevania : Symphony of the Night par exemple). Il était court et pas trop difficile, mais c’était parfait pour un môme qui avait pleuré tant de fois à chaudes larmes à cause du premier opus sur NES

Encore une couv’ TMNT stylée, mais moi j’avais que la cartouche. Sad story, bro !

Batman : The Video Game

Un jeu que j’avais vraiment adoré, librement adapté du film de Tim Burton ! Plutôt court, mais la maniabilité est très bonne et j’avais toujours envie d’y retourner, j’aimais bizarrement beaucoup les sprites, pourtant rikikis, le rendu du jeu est très lisible tout en étant joli, et surtout tout le système d’armes est intéressant. Les musiques sont également gravées dans ma mémoire, utilisant tellement bien la gamme de sons que peut générer la console. Et puis comment oublier le méga-logo de lancement du jeu qui en mettait plein la face ?

La musique du deuxième niveau envoie du lourd !

RoboCop

Le personnage de RoboCop me faisait de base un peu peur (quand il avait pas son casque dans le premier film, erk…erk…), mais le jeu bien qu’assez générique dans ses assets restait divertissant. On avance, des mecs arrivent, des mecs tirent depuis des fenêtres, la routine quoi ! Le personnage titre, qui a l’agilité d’un mollusque sur un étal de marché, fait que ce n’est clairement pas un jeu que je relancerais maintenant, malgré la visée à “360°”, mais il avait ses bons moments, dans son genre unique du “walk ‘n’ gun“, haha.

Woh-woh ! Chacun son tour les gars.

The Amazing Spider-Man

Encore un jeu à licence, un mélange beat’em up / plate-forme pas merveilleux, mais j’aimais bien la phase de grimpette sur les façades. Sinon globalement c’était vraiment pas terrible, pas bien joli ni très en phase avec l’univers de l’homme-araignée et assez injuste dans les collisions. Je ne l’ai jamais fini je crois, mais j’ai beaucoup essayé ! Pas la plus grande réussite de Rare…

Le petit plus avec les jeux Game Boy, c’était la coque pour protéger la cartouche, et transporter ses jeux en sécurité ^^

Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins

Je n’ai pas eu le premier Super Mario Land, je suis donc passé directement avec cet opus sur un des meilleurs jeux de la console tout simplement. Un vrai beau Mario qui pioche dans les avancées de la série sur NES et SNES, vraiment original, avec son style et son univers bien à lui, sans oublier le costume de lapin ! Son envergure par rapport au support est bluffante, surtout face à SML qui paraît cheap à côté : une map entière avec des zones mémorables animées (l’espace, les fourmis, Halloween, une baleine… !), des niveaux en verticalité, des musiques géniales, de beaux sprites expressifs, et même un mode facile pour les petits rageux ! N’oublions pas l’introduction de Wario en grand méchant rival de Mario. Faut que je le refasse !

The true Game Boy experience. Argh, mes yeux…

The Legend of Zelda : Link’s Awakening

Le plus grand jeu de la console ? Malgré les limitations graphiques et techniques du support, il arrive à proposer une aventure longue, variée, à nous faire voyager, pour une fois hors d’Hyrule, et même à rendre l’univers de Zelda encore plus attachants que précédemment, avec une galerie de personnages très marrants et mignons. Niveau sonore on est là aussi sur du haut niveau, avec des thèmes de donjons intrigants, des musiques et bruitages dont on se souvient encore parfaitement 25 ans plus tard. Le système d’écrans fixes repris du premier Zelda fonctionne aussi superbement bien, chaque “tableau” étant très étudié et lisible, avec un petit clin d’oeil à Zelda II lors des courtes phases vue de côté ! Le challenge est également présent, même si le jeu est plus accessible que ses prédécesseurs. Je l’ai même terminé deux fois à l’époque ! Je l’avais eu avec la Game Boy à coque translucide, qui laissait paraître les circuits à l’intérieur. Le top du top des vedettes !

Et c’est tout pour l’instant ! J’aborderai le temps venu les jeux Game Boy que j’ai acheté une fois devenu un grand garçon. Entre temps, viendra le moment d’aborder la console de mes rêves, la Nintendo 64 ! Et vous, vous jouiez à quoi avec le vôtre ?

A Life in Games (partie #3.2) “La Super” -bis-

Cet article fait partie d’une série où je parle de tous les jeux auquels j’ai joué dans ma vie ! C’est mon avis et je le partage… avec des anecdotes amusantes !

Super Nintendo Entertainment System

Je vous invite à lire l’article précédent pour en savoir plus sur mon histoire avec la console iconique de Nintendo ! J’avais juste oublié de vous parler de la manette, à mon sens la meilleure jamais créée pour les jeux en 2D, tout est parfait (je ne parle évidemment pas des boutons modifiés A et B de la SNES nord-américaine). Les boutons L et R furent une innovation majeure ; la qualité du D-Pad inégalée ; la prise en main agréable et légère ; c’est tout simplement une manette qu’on oublie une fois dans le jeu et qu’on ne peut accuser honteusement lors d’une erreur, haha ! Voici maintenant la suite des jeux que j’ai eu sur cette super machine à l’époque ^^

Aladdin

Un de mes amis qui s’était cassé la jambe m’avait emprunté des jeux Game Boy (qu’il ne m’a jamais rendu), et m’avait filé celui-là en échange (que je ne lui ai jamais rendu). A priori, le genre de jeu sympa mais oubliable, je regardai la série animée à la télé, mais vu le film que 20 ans plus tard, pas un jeu que j’aurais voulu absolument, donc… Sauf qu’en fait je kiffe tellement le feeling de ce jeu ! 20 ans plus tard, ce fut naturellement le premier jeu que je me suis d’ailleurs mis à speedrunner (en 2012 j’inaugurais la catégorie “rugless%”, finir le jeu sans le tapis optionnel permettant de planer), pour le plaisir premier de contrôler “Al”. Coincidence amusante que je réaliserai plus tard, c’est tout comme Goof Troop un jeu de Shinji Mikami (qui créera ensuite Resident Evil). Il est plutôt court et franchement facile (surtout en utilisant le tapis), mais c’est un plaisir de le traverser, et a bien mieux vieilli que son homologue tape à l’oeil sur Mega Drive ! Bleeeh ! #TeamSNES

(J’ai laché le speedrun avant de jouer aussi bien…)

EarthWorm Jim

J’ai beau snober le Aladdin de la console de Sega, voilà après Cool Spot que je reprenais pourtant une dose de la formule David Perry ! Encore une fois on peste ici et là sur des collisions de sprites et une précision des contrôles un peu moins carrés que dans les meilleurs jeux japonais de l’époque, mais en terme d’univers, d’ambiance et de visuels, ça part dans tous les sens, et ceci pour le meilleur. Les musiques qui groovent profitent encore une fois des basses du chip SNES, la course bonus à la fin des niveaux était super fun, le gameplay varié (la mécanique du “fouet”, les passages sous-marin, le niveau d’escorte du toutou, le planage avec “l’helicop’tète”), et le mélange des environnement globalement oppressants avec les animations cartoonesques des persos était tip-top. Il était également assez chaud à terminer. Une sortie majeure de 1994 !

Secret of Mana

Voilà un jeu qui a marqué les esprits, tout du moins en Europe, initiant un bon paquet de joueurs aux RPG japonais (même si c’est un action-RPG, pas mal de concepts de gameplay n’étaient pas courants en occident). C’était le premier jeu du genre à être autant mis en avant dans nos contrées, avec en plus un guide complet grand format qui accompagnait la boîte de toute beauté (comme on peut en trouver maintenant pour à peu près tous les jeu de la terre à leur sortie). Je dois vous avouer que j’ai mis bien longtemps à comprendre qu’on pouvait charger ses attaques, de ce fait je ne l’ai jamais terminé à l’époque, vu que je jouais comme dans Zelda en bourrant les ennemis ! J’avais pourtant lu le guide… je m’demande si j’étais pas un peu con. Bref, j’ai adoré l’univers qui me paraissait fou à l’époque (alors qu’il est retrospectivement jugé pour son classicisme, haha). Ce n’est peut-être pas forcément un chef-d’œuvre du point de vue de celui qui connaît d’autres titres du genre, mais il m’aura vraiment beaucoup marqué à l’époque, par ses graphismes détaillés, l’impression de partir dans une grande aventure, le gameplay riche et encore plus pour ses musiques inoubliables. En plus on pouvait y jouer à trois en même temps, mais bon moi j’y jouais tout seul avec le CPU barjot !

7 2 P A G E S !

Smash Tennis

Le tennis, j’en avais vraiment rien à battre. Et puis j’ai reçu ce jeu tout mignon, coloré, mais au gameplay redoutable. C’est du simple, du solide, et surtout du fun ! Les courts sont plein de petits détails et d’animations amusants, à déclencher en envoyant la balle à certains endroits. Les terrains sont aussi variés, avec un temple, du indoor qui résonne, une plage, un club avec des piou-piou qui réagissent au score… On peut y jouer à quatre, mais surtout la perspective du terrain rend toujours très lisible l’action, même quand on est en haut du filet, donc pas d’injustice positionnelle ! Il y a des nombreux personnages jouables, qui ont des statistiques différentes, par exemple certains peuvent sauter vers la balle, d’autres non. A partir de ce jeu est né une lumière en moi, la recherche du meilleur jeu de tennis à travers les générations de consoles, ou d’un qui égalera au moins cet opus de Namco(t) ! Même si j’ai trouvé de très belles propositions, Smash Tennis est toujours aussi cool et immédiat à jouer !

Le potichat !

Sim City

Construire des villes, voilà un but motivant. J’ai évidemment galéré à tout bien gérer dans le jeu, mais j’ai fini par faire des villes plutôt sympas ! Ou bien casser au maximum des villes déjà construites avec les codes, en invoquant Bowser, haha. Seul truc qui me chiffonnais à l’époque, les musiques m’angoissaient un peu. Une bonne entrée en matière pour un style de jeu que j’ai beaucoup apprécié ensuite quand j’ai eu un PC (en particulier les city-builders d’Impressions Games tels Pharaoh, Zeus ou Emperor : Rise of the Middle Kingdom).

Street Fighter II : Turbo

Je regardais souvent le jeu dans les bars où trainait mon père, j’y ai même perdu quelques francs parfois. J’ai mis longtemps à m’intéresser vraiment au genre, alors même si j’ai passé du temps sur ce jeu qui faisait rêver les fils de ménagères, je ne comprenais pas grand chose finalement, et il fallut attendre que je mette tardivement les mains sur un certain SoulBlade pour que ma flamme pour les jeux de combat ne s’allume réellement. Je jouais souvent en mode turbo 10 étoiles (grâce à un code, sinon on ne pouvait que mettre quatre étoiles), j’aimais bien Blanka, même si je ne comprenais absolument rien à sa jouabilité à base de chargements de directions. Ensuite je suis passé à Sagat, c’était déjà un peu plus concluant pour un scrub ! Bizarrement on y jouait pas entre potes alors que c’était censé être LE jeu fait pour ça, en plus j’avais le “stick arcade” en forme de triangle, le Fanta Stick, j’aurais pu être imbattable, haha ! (le pad fait le joueur c’est bien connu…)

Vu la configuration des boutons je l’aurais plutôt appelé “Guernica Stick”…

Super Mario World 2 : Yoshi’s Island

Mine de rien depuis la sortie de la SNES, on était pas trop gâté en jeux Mario. Soudain, la PlayStation et la Saturn étaient déjà sorties, mais je m’en fichais totalement, j’allais avoir ce jeu qui dépasse les limites de ce qu’on pouvait imaginer en 2D, un chef d’oeuvre (j’en ai les larmes aux yeux en écrivant ça, haha). Rien que dans les magazine le jeu crevait les pages du magazine, c’était somptueux, et ce sprite de Yoshi ainsi que les artworks du jeu m’ont rendu dingue de ce perso. Etes-vous encore étranger du fait que c’est mon jeu de la vie ? Je n’ai évidemment aucune objectivité sur Yoshi’s Island, et en même temps je n’ai pas a en avoir tellement il tutoie la parfection. Une jouabilité familière et innovante à la fois, d’une réactivité folle. Des visuels fouillés mais lisible, avec une direction artistique jamais vue, et son intro qui en met plein la vue. À la fois plus accessible en “ligne droite” il offre aussi de nombreux défis pour les complétionnistes, avec son gameplay d’une profondeur insondée à l’époque que le speedrun a révèlé au grand jour, avec des niveaux qui renouvellent sans cesse les situations. Sans oublier des boss variés qui débordent de l’écran et… bébé Mario. Il fallait bien qu’un insecte vienne se coller sur cette toile de maître, haha. On déteste ses cris, mais ça pousse à bien jouer ! Le plus étonnant pour moi, reste de me dire que j’y ai tellement joué à l’époque, mais qu’ensuite, lorsque je me suis mis au speedrun, j’ai kiffé le jeu encore 100 fois plus. Quand on sait également qu’il a eu un développement assez fluctuant, le résultat tient du miracle absolu. ALLEZ Y JOUER !!!

La boîte japonaise ( ˘ ³˘)
Ce qui se fait de mieux en terme de speedrun de YOSSY au moment de cet article, le 100% en moins de 2 2 2
( ̄ー ̄;)

Jimmy Connors Pro Tennis Tour

Un jeu qu’on m’a donné je crois (pourquoi, ça je sais plus, haha). Rétrospectivement j’ai souvent lu du bien de ce jeu de tennis, mais je l’ai eu après Smash Tennis, et n’y ai pas retrouvé le même plaisir. Il est plus “réaliste”, avec des idées de gameplay qui vont dans ce sens, mais pas super fun à jouer j’ai trouvé.

F-Zero

Un jeu que j’ai eu chez moi assez tard, mais j’y jouais chez un pote et j’adorais, je lui ai racheté quand il a voulu s’en séparer des années plus tard. La sensation de vitesse était dingue pour l’époque, et le concept de course futuriste vraiment cool (la mini BD dans la notice en jetait bien), qui est devenu un de mes genres de prédilection. Impossible aussi d’oublier les musiques devenues cultes. Un jeu rapidement difficile, mais on finit par progresser, et ça devient encore plus grisant. Un des jeux que j’ai relancé le plus fréquemment au fil du temps.

Ma musique préférée du jeu je pense ^^

Hop, c’est tout pour la SNES ! Avant de lire la suite qui revient sur la Game Boy, n’hésitez pas à partager vos expériences vidéoludiques de cette période en commentaires !