A Life in Games (partie #4) “La Gammeboye”

Cet article fait partie d’une série où je parle de tous les jeux auquels j’ai joué dans ma vie ! C’est mon avis et je le partage… avec des anecdotes amusantes !

This article is from a series where I talk about all the games I’ve played in my life ! Personal trivias and fun facts… (english version coming soon)

Game Boy

La première véritable console portable, qui était un must have en vacances pour les petits jeunes des années 90 ! Il y avait bien plus impressionnant ailleurs, mais on était loin de la portabilité de la console Nintendo. J’en ai eu deux : La première, grise, que j’avais rachetée 100F (environ 15€…) avec six jeux à mon meilleur copain de CE1. Puis lorsque mes parents se sont séparés plus tard, ma mère “en exil” à Marseille m’offrit le modèle translucide de toute beauté, ayant laissé mes “jouets” à Paris, en particulier ma SNES chérie. L’écran de la grise s’est d’ailleurs décollé dernièrement, c’est assez déroutant, haha. Je n’ai pas eu beaucoup de jeux dessus finalement, mais je me suis rattrapé plus tard…

Tetris

C’est le jeu de ma maman, “Tetratris” comme elle disait ! Ce fut le seul jeu auquel elle s’intéressa jusqu’à la sortie d’Angry Birds, haha. Le jeu d’action / réflexion ultime, dont la formule à inspiré des tas d’outsiders (avec de grandes réussites comme Puyo Puyo ou Panel de Pon). Même si on n’en peut plus de Tetris 30 ans après, ce qui peut éventuellement se concevoir, cette version est inoubliable et ce fut le jeu idéal pour démocratiser cette console portable qui était pourtant déjà désuète techniquement à sa sortie, vous faisait plisser des yeux constamment, mais qui au moins ne vous demandais pas d’avoir une connaissance travaillant chez un fabricant de piles pour y jouer plus de deux heures. Niveau musique, vous étiez plutôt A-Type, B-Type, ou C-Type (ou OFF) ?

J’avais un faible pour la musique B.

Kirby’s Dream Land

Le premier opus de la série, un excellent jeu qui pose les bases pour la suite, en termes d’univers et de maniabilité, le grand truc étant de pouvoir voler comme on le désire ! On peut se dire que cela peut rendre les choses faciles dans un jeu de plates-formes, mais le level design au fil du jeu force à se remuer et à prendre de bonnes décisions. Cela dit il reste très accessible pour un jeu de l’époque (mais bonne chose, il y a un mode difficile pour les masos, haha). Les mondes et ennemis sont pour la plupart inoubliables, et seront des marqueurs forts d’une série de jeux qui ne s’essouffle pas après tant d’épisodes, grâce notamment à l’absorption par Kirby des pouvoirs de ses ennemis qui viendra après cet opus fondateur adorable.

Kirby, un concept qui ne s’essouflera jamais.

Teenage Mutant Hero Turtles : Fall of the Foot Clan

J’étais fan des Tortues Ninja, vous le savez, alors j’ai passé pas mal de temps sur ce bon petit jeu sympa ! De gros sprites bien mignons et amusants, une jouabilité cool, des compos catchy de Michiru Yamane (qui composera plus tard les musiques de Castlevania : Symphony of the Night par exemple). Il était court et pas trop difficile, mais c’était parfait pour un môme qui avait pleuré tant de fois à chaudes larmes à cause du premier opus sur NES

Encore une couv’ TMNT stylée, mais moi j’avais que la cartouche. Sad story, bro !

Batman : The Video Game

Un jeu que j’avais vraiment adoré, librement adapté du film de Tim Burton ! Plutôt court, mais la maniabilité est très bonne et j’avais toujours envie d’y retourner, j’aimais bizarrement beaucoup les sprites, pourtant rikikis, le rendu du jeu est très lisible tout en étant joli, et surtout tout le système d’armes est intéressant. Les musiques sont également gravées dans ma mémoire, utilisant tellement bien la gamme de sons que peut générer la console. Et puis comment oublier le méga-logo de lancement du jeu qui en mettait plein la face ?

La musique du deuxième niveau envoie du lourd !

RoboCop

Le personnage de RoboCop me faisait de base un peu peur (quand il avait pas son casque dans le premier film, erk…erk…), mais le jeu bien qu’assez générique dans ses assets restait divertissant. On avance, des mecs arrivent, des mecs tirent depuis des fenêtres, la routine quoi ! Le personnage titre, qui a l’agilité d’un mollusque sur un étal de marché, fait que ce n’est clairement pas un jeu que je relancerais maintenant, malgré la visée à “360°”, mais il avait ses bons moments, dans son genre unique du “walk ‘n’ gun“, haha.

Woh-woh ! Chacun son tour les gars.

The Amazing Spider-Man

Encore un jeu à licence, un mélange beat’em up / plate-forme pas merveilleux, mais j’aimais bien la phase de grimpette sur les façades. Sinon globalement c’était vraiment pas terrible, pas bien joli ni très en phase avec l’univers de l’homme-araignée et assez injuste dans les collisions. Je ne l’ai jamais fini je crois, mais j’ai beaucoup essayé ! Pas la plus grande réussite de Rare…

Le petit plus avec les jeux Game Boy, c’était la coque pour protéger la cartouche, et transporter ses jeux en sécurité ^^

Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins

Je n’ai pas eu le premier Super Mario Land, je suis donc passé directement avec cet opus sur un des meilleurs jeux de la console tout simplement. Un vrai beau Mario qui pioche dans les avancées de la série sur NES et SNES, vraiment original, avec son style et son univers bien à lui, sans oublier le costume de lapin ! Son envergure par rapport au support est bluffante, surtout face à SML qui paraît cheap à côté : une map entière avec des zones mémorables animées (l’espace, les fourmis, Halloween, une baleine… !), des niveaux en verticalité, des musiques géniales, de beaux sprites expressifs, et même un mode facile pour les petits rageux ! N’oublions pas l’introduction de Wario en grand méchant rival de Mario. Faut que je le refasse !

The true Game Boy experience. Argh, mes yeux…

The Legend of Zelda : Link’s Awakening

Le plus grand jeu de la console ? Malgré les limitations graphiques et techniques du support, il arrive à proposer une aventure longue, variée, à nous faire voyager, pour une fois hors d’Hyrule, et même à rendre l’univers de Zelda encore plus attachants que précédemment, avec une galerie de personnages très marrants et mignons. Niveau sonore on est là aussi sur du haut niveau, avec des thèmes de donjons intrigants, des musiques et bruitages dont on se souvient encore parfaitement 25 ans plus tard. Le système d’écrans fixes repris du premier Zelda fonctionne aussi superbement bien, chaque “tableau” étant très étudié et lisible, avec un petit clin d’oeil à Zelda II lors des courtes phases vue de côté ! Le challenge est également présent, même si le jeu est plus accessible que ses prédécesseurs. Je l’ai même terminé deux fois à l’époque ! Je l’avais eu avec la Game Boy à coque translucide, qui laissait paraître les circuits à l’intérieur. Le top du top des vedettes !

Et c’est tout pour l’instant ! J’aborderai le temps venu les jeux Game Boy que j’ai acheté une fois devenu un grand garçon. Entre temps, viendra le moment d’aborder la console de mes rêves, la Nintendo 64 ! Et vous, vous jouiez à quoi avec le vôtre ?

1 thought on “A Life in Games (partie #4) “La Gammeboye””

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *